Mieux comprendre l’infarctus du myocarde afin de mieux le prendre en charge

Partager cet article

Share on facebook
Facebook
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on telegram
Telegram
Share on twitter
Twitter

Contenu de l'article

Symptômes à rechercher et diagnostic

La prévalence et la mortalité de l’infarctus du myocarde sont très élevées, de ce qui fait il représente  un grand problème de santé publique.

Selon des données de l’OMS, sur 50 millions de décès annuels dans le monde, les cardiopathies ischémiques sont la première cause de décès avec 7.2 millions de décès d’origine coronaire.

Cependant la prise en charge de l’IDM s’est améliorée depuis ces dernières années avec le développement des unités de soins intensifs cardiologiques, l’avènement des thrombolytiques et l’essor de l’angioplastie.

Qu’est-ce qu’un infarctus du myocarde?

L’infarctus du myocarde est une obstruction aiguë, totale et permanente d’une artère coronaire (situé au niveau du cœur) ou de l’une de ses branches, liée à un thrombus secondaire à la rupture d’une plaque d’athérome.

En l’absence de traitement l’évolution se fait vers la nécrose myocardique et l’éventuelle mort du patient.

Quels sont les facteurs de risque de l’infarctus du myocarde ?

Les facteurs de risque les plus retrouvés sont :

  • le tabagisme
  • la nutrition mal équilibré en gras
  • l’absence d’activité physique
  • les dyslipidémies
  • les antécédents familiaux d’infarctus du myocarde
  • l’hypertension artérielle
  • l’obésité
  • la contraception orale
  • le diabète
  • les antécédents personnels de thrombose
  • la sédentarité

Quels symptômes rechercher en cas d’infarctus du myocarde?

Le symptôme principale est représenté par :

Une douleur thoracique brutale et prolongée (>30minutes) de siège rétro-sternal avec une irradiation vers les deux épaules, la face interne des bras et la mâchoire, accompagnée de signes neurovégétatifs ou d’accompagnement : sueurs, éructations, nausées, vomissements.

La douleur peut être atypique : simple brûlure rétro-sternale ou une douleur localisée à l’épigastre.

Il faut souligner qu’il s’agit d’une douleur qui apparaît au repos.

Comment fait-on le diagnostic d’un infarctus du myocarde?

Le diagnostic est basé sur la clinique et sur les examens complémentaires suivants :

  • un électrocardiogramme  d’urgence à réaliser le plus vite possible, c’est l’examen clé du diagnostic de l’infarctus du myocarde.

De ce fait le diagnostic de l’ischémie myocardique aiguë est électro-clinique car elle induit une douleur thoracique  et des modifications électrocardiographiques. L’association des deux symptômes permet de poser le diagnostic de syndrome coronaire aigu (SCA).

On réalise par la suite :

  • un dosage des enzymes cardiaques : troponines(0,3-6h) et CPK-MB
  • radiographie du thorax de face
  • un bilan biologique complet
  • un écho-Doppler cardiaque (selon le contexte)
  • un test d’effort.

Quelle stratégie thérapeutique adopter en cas d’infarctus du myocarde?

La prise en charge doit être effectuée en urgence afin de sauver le patient et se fait dans les unités de soins intensifs en milieu hospitalier.

Le traitement médical ou thrombolyse serait à base d’antiagrégants plaquettaires, d’anti -coagulants et d’anti – ischémiques.

Un traitement chirurgical par angioplastie est envisageable en cas de nécessité.

Comment prévenir la survenu de l’infarctus du myocarde?

La prévention des maladies cardiovasculaires dont l’infarctus du myocarde joue un rôle indispensable et se base sur les principaux axes suivants :

  • Nutrition et diététique :un régime alimentaire équilibré
  • Activité physique régulière
  • Arrêt du tabac
  • Détente et lutte contre le stress.

Partager cet article

Share on facebook
Facebook
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on telegram
Telegram
Share on twitter
Twitter

Articles qui peuvent vous intéresser

aids (SIDA) maladie sexuellement transmissible diagnostic prévention et dépistage au laboratoire d'analyses médicales El Wikaya à Chlef en Algérie

Mieux comprendre les maladies sexuellement transmissibles

Une IST désigne une infection transmise lors des rapports sexuels, on utilise le terme infection au lieu de maladie sexuellement transmissible du fait de la prévalence élevée des formes asymptomatiques.
On doit souligner que la contamination se fait lors du contact de la peau et des muqueuses génitales entre elles ou avec la bouche et le rectum.

Lire la suite »
aids (SIDA) maladie sexuellement transmissible diagnostic prévention et dépistage au laboratoire d'analyses médicales El Wikaya à Chlef en Algérie

Mieux comprendre les maladies sexuellement transmissibles

Une IST désigne une infection transmise lors des rapports sexuels, on utilise le terme infection au lieu de maladie sexuellement transmissible du fait de la prévalence élevée des formes asymptomatiques.
On doit souligner que la contamination se fait lors du contact de la peau et des muqueuses génitales entre elles ou avec la bouche et le rectum.

Lire la suite »